Retour

Thispersondoesnotexist crée des humains synthétiques

Thispersondoesnotexist.com permet de créer des visages de personnes qui n’existent pas. Des visages synthétiques qui sont fabriqués à l’aide de GAN, des réseaux antagonistes génératifs, une classe d’algorithmes d’apprentissage non supervisé. Ils permettent de générer des images hyperréalistes. 

Avec l’avènement des deepfakes, les technologies permettant de créer des images hyperréalistes ne cessent de progresser. Les GANs ((Generative Adversarial Networks ou Réseaux antagonistes génératifs en français)) ingèrent des centaines ou des milliers d’images et sont capables d’en recréer de nouvelles. Thispersondoesnotexist.com facilite le travail en offrant une solution simple d’usage (il suffit de rafraichir la fenêtre de son navigateur pour recréer une nouvelle image) et instantanée. Plus besoin donc de faire tourner un PC body-buildé pendant 48 h pour obtenir un résultant convainquant.


Cette vidéo proposée par NVIDIA présente la façon dont StyleGAN fonctionne.

Phillip Wang, un ingénieur de chez Uber, inventeur du site Thispersondoesnotexist.com s’est appuyé sur StyleGAN, un GAN issu des recherches du constructeur de cartes graphiques NVIDIA ((StyleGAN dépend du logiciel CUDA de Nvidia, des GPU et de TensorFlow de Google. Il a été inventé en 2018, puis mis à disposition du public en février 2019 sur Github)).

Le potentiel de ce type de création défie l’imagination. Création automatique d’avatars pour les réseaux sociaux, pour les sites de rencontre ou pour tout autre type d’interaction, il est difficile de voir la différence entre ce type d’images synthétiques et une véritable image.

Il faut attendre de voir quel sera l’usage de ces visages synthétiques, mais ils questionnent sans doute la notion même d’identité et notre relation intime à cet identifiant si personnel qu’est le visage. Les traits d’un individu, ses expressions, la géométrie de son visage, l’implantation de ses cheveux font de chaque visage de véritables cartes d’identité.

portrait généré à l'aide de Thispersondoesnotexist.com

Le portrait présent dans la vignette de ce post a été généré à l’aide de Thispersondoesnotexist.com

Nos relations humaines reposent sur la reconnaissance de traits familiers ou étrangers. Notre méfiance s’active en fonction de ce que nous observons chez nos interlocuteurs et beaucoup d’a priori s’activent à la vue d’un visage. La survenance dans l’espace numérique de ces visages synthétiques généré artificiellement risque de brouiller les lignes entre réalité et fiction et pose la question de l’authenticité des contacts sur le web. Questions qu’il va falloir s’employer à résoudre avant que le phénomène ne prenne trop d’ampleur.

Gerald Holubowicz, journaliste
Gerald Holubowicz, journaliste
https://synthmedia.fr
Gerald s'est penché sur le berceau des deepfakes alors même qu'ils n'avaient que quelques mois. Depuis, il ne cesse d'observer l'intelligence artificielle prendre une place de plus en plus centrale sur le web, dans nos vies et nos discussions. Ancien photojournaliste, c'est l'image synthétique qui a donc capturé son regard, mais ce sont les questions éthiques et juridiques, les questions liées aux biais et à la discrimination venant des systèmes d'IA qui l'intéresse aujourd'hui. Pour le joindre: [email protected]